Documents officiels

"J'aime la règle qui corrige l'émotion. J'aime l'émotion qui corrige la règle."

Georges Braque

Wordle 1

Justificatif d'absence

Pour imprimer un justificatif d'absence, cliquez sur le lien ci-dessous.

malade1.gifjustificatif d'absence

Notre projet éducatif

Quels hommes et quelles femmes voulons-nous pour notre société ?

Telle est la question qui induira notre enseignement.
En étroite collaboration avec vous, parents, nous souhaitons que votre enfant puisse, au sein de notre école :

  • développer sa personnalité, créer, aimer et être aimé ;
  • accéder à l’autonomie et à l’exercice responsable de la liberté ;
  • devenir acteur de vie sociale, soucieux de justice et de paix ;
  • construire sa propre formation en prenant conscience de ses atouts et de ses richesses ;
  • vivre ces valeurs essentielles que sont la politesse, la courtoisie, le fair-play et l’amour du travail bien fait ;
  • vivre activement dans la foi et les valeurs chrétiennes.
 

Notre projet d’établissement

Les valeurs

- La confiance et la mise en confiance dans les possibilités de chacun.
- Le respect de soi, de l’autre, de la société et des règles;
- La solidarité responsable;
- Le goût de l’effort et du travail bien fait.

« A qui l’on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à qui l’on a beaucoup confié, on réclamera davantage. » (Lc  12, 48) 

 

Les missions

Préparer tous les élèves à être des citoyens responsables, capables de contribuer au développement d’une société démocratique, solidaire, et ouverte aux différences.

 

Les principes d’action

- Eduquer au respect de la personnalité et des convictions de chacun, au devoir de proscrire toute forme de violence en le vivant au quotidien;

- Donner sens et vie aux apprentissages en situant leur action et leur nécessité ainsi qu’en les rendant concrets.

- Favoriser ce qui représente une grande richesse de notre petite école : l’entraide, le compagnonnage, la fraternité solidaire dans lesquels chaque partie se trouve épanouie et valorisée.

 

Notre priorité

La priorité sera mise sur la confiance et la mise en confiance des enfants. Il faut que chacun se sente valorisé, soit positif par rapport à ses apprentissages et s’épanouisse dans sa vie scolaire.

 

Les rôles de chacun

Pour réussir ce projet, nous désirons impliquer différents partenaires et ce, selon leurs possibilités :

L’équipe éducative - Les enfants - Le pouvoir organisateur - Les parents

 

         L’équipe éducative

Note : Par équipe éducative, nous entendons toute personne travaillant à l’école en contact avec les enfants : les enseignants, les maîtres spéciaux mais aussi toute personne chargée des garderies.

Concrètement, nous tâcherons d’amener chacun à se sentir valorisé et en pleine confiance :

- en donnant à chacun des objectifs propres à ses capacités, Les différences entre les enfants ne seront pas honteusement cachées mais pas non plus exhibées. Toute l’attention des élèves sera attirée sur les progrès réalisés par chacun et non sur une comparaison stérile entre pairs. Ce travail s’effectuera au quotidien avec psychologie lors de tests de rapidité où chacun ne disposera pas du même temps, des leçons d’orthographe et de calcul où certains pourront alléger leur travail ou au contraire se dépasser dans la longueur ou le degré de difficulté… ;

- en favorisant le compagnonnage lors duquel les grands peuvent venir en aide aux petits et ainsi leur apprendre à apprendre ;

- en mettant en exergue les progrès de chacun bien plus que d’insister sur des lacunes ;

- en travaillant de temps en temps en dehors du temps scolaire avec les élèves plus lents ou en difficulté.

 

         Les enfants

Les priorités des enfants seront :

- d’accepter les différences et de les considérer comme autant de richesses au service de la collectivité. Cela concerne bien évidemment leurs différences propres ;

- de se donner un maximum de chances d’épanouissement en participant activement en classe, en essayant de donner le meilleur de soi-même ;

- d’aller vers les autres, de les écouter pour mieux les comprendre ;

- de s’efforcer à ne jamais laisser un point d’ombre sans éclaircissement en n’hésitant pas à demander des explications supplémentaires.

 

Le pouvoir organisateur

Pratiquement, le rôle du P.O. est davantage un rôle de soutien de l’équipe éducative. Cela, en étant attentif aux diverses demandes des enseignant(e)s relativement aux actions pédagogiques à mener : conférences, achats de livres, matériel scolaire, activité culturelle…

Il va de soi que le P.O et l’équipe éducative doivent œuvrer main dans la main, dans une écoute mutuelle, pour les mêmes idéaux.

 

          Les parents

Il est évident que les parents eux aussi ont un grand rôle à jouer, notamment en ce qui concerne l’image qu’ils renvoient à leur enfant de son travail, son attitude et son évolution.


Il leur revient également d’aider leur enfant à se construire une image positive de sa vie scolaire sans le comparer aux autres. Chacun est unique et doit le rester !


Il est tout aussi impératif qu’ils n’hésitent pas à rencontrer l’enseignant(e) en cas de problème, de découragement, de doute et ce, le plus vite possible.

 

          Le directeur

Dans une petite école comme la nôtre, le directeur est aussi et avant tout un enseignant. Sa tâche première est de guider son équipe éducative, de l’écouter et de la conseiller. Toutefois, il lui revient également de régler certaines questions ou d’intervenir lors de possibles différends entre ses collègues et les parents (ou les enfants). S’il est préférable de privilégier le dialogue direct entre les enseignants et les parents, le directeur peut néanmoins servir de relais lorsque cela est nécessaire.

 

Retour en haut de page

Notre projet pédagogique

L’école se doit de rendre les enfants responsables et acteurs de leurs apprentissages.

 

En prenant en considération leur rythme personnel

 

Chaque enfant a son rythme propre qu’il faut respecter. Cela ne signifie nullement qu’il nous faille le laisser voguer suivant la brise : il est de notre devoir de l’ encourager à donner le meilleur de lui-même sans se comparer au voisin. Le tout est de se dépasser soi-même.

 

En favorisant l’autonomie

Une classe à plusieurs niveaux doit obligatoirement apprendre à  travailler en autonomie, cela est primordial. L’enfant doit pour cela être rassuré, notamment quant au statut de l’erreur.
Il revient à l’école de donner aux enfants la confiance et les outils nécessaires à cette autonomie. Nous voudrions insister tout particulièrement sur la lecture (inférence, recherche de sens, liens entre les informations…) et l’émulation cognitive lors des défis proposés.

 

En donnant à l’erreur un statut de nécessité positive

 

La peur de l’erreur rend l’apprentissage impossible. L’école est un lieu « sécurisé » où l’erreur est considérée comme partie intégrante de l’apprentissage.

« Il est de nature de l’école d’être le lieu de l’erreur possible, de l’erreur souhaitable, où il faut se tromper beaucoup et comprendre ses erreurs pour ne plus se tromper quand on sort de l’école. » (Albert Jacquart)

 

En mettant les enfants en relations lors des apprentissages

C’est en les confrontant les uns aux autres qu’ils apprennent les uns des autres, mais également les uns pour les autres.

« C’est en cherchant un consensus à partir de points de vue contradictoires que les capacités de raisonnement s’aiguisent, que les notions se construisent, que les connaissances se précisent. » (Mira Stambak)

 

En les confrontant au « réel »

En partant régulièrement de situations « complexes », non aseptisées, l’on favorise la mise en relation des différentes connaissances. L’enfant doit mettre tout son savoir en éveil, ce qui est bien plus difficile que de résoudre des opérations successives sans liens.

 

En changeant notre héritage idéologique quant aux points et au bulletin

En ne sanctionnant pas à tout bout de champ les productions par des points qui ne sont le reflet que de bien peu de choses, on libère les enfants de leur épée de Damoclès. Le dialogue parents-enfant-enseignant nous éclaire bien davantage qu’une série de cotes dont la seule utilisation est parfois la comparaison avec autrui en vue d’établir un palmarès (ne serait-ce qu’inconsciemment).

 

En pratiquant l’évaluation formative

Effectuée en cours d’apprentissage, dans le but de s’auto-corriger, sans crainte de se faire sanctionner par une cote, l’évaluation formative prend une part essentielle dans l’apprentissage. Les résultats de cette évaluation restent à l’école, entre l’enseignant et l’enfant et servent uniquement d’indicateur pour la suite de la formation de l’élève.

 

En mettant en œuvre la différenciation

 

Chaque être est différent, apprend différemment et il est naturel d’en tenir compte à l’école. Cette différenciation aura trait au rythme, à l’approche, aux contenus ou encore à ce que l’enseignant attendra de lui.

 

En favorisant la continuité dans les apprentissages

Une petite école comme la nôtre a la chance de pouvoir concevoir la formation dans une quasi-totale continuité : le travail s’effectue sur du long terme et non pour arriver à un produit fini à la fin de l’année scolaire. Les classes multiples évitent le problème des répétitions d’une année à l’autre, ce qui représente un gain de temps considérable. De plus, l’enseignant connaissant bien les enfants qu’il a déjà eus l’année précédente, sait directement où aller et de quelle manière.

 

Retour en haut de page

Notre R.O.I.

Le Pouvoir Organisateur déclare que l’école libre subventionnée, rue Emile Dupont à Rendeux, appartient à l’enseignement confessionnel et plus précisément à l’enseignement catholique. Les Projets éducatif et pédagogique de notre école exposent comment celle-ci entend soutenir et mettre en
oeuvre le projet global de l’Enseignement Catholique. Les projets sont mis en oeuvre par des actions concrètes définies dans le Projet d’Etablissement.

Notre école doit aider chaque enfant à devenir un citoyen responsable, capable de contribuer au développement d’une société démocratique, solidaire, pluraliste, ouverte aux autres cultures. Pour faire grandir chaque enfant, l’école sera attentive à ce qu’il évolue dans un climat relationnel chaleureux.

 

Inscription régulière des élèves

Toute demande d’inscription d’un élève émane des parents ou de la personne légalement responsable.

Elle peut également émaner d’une personne qui assure la garde de fait du mineur, pour autant que celle-ci puisse se prévaloir d’un mandat exprès d’une personne visées à l’alinéa 1 ou d’un document administratif officiel établissant à suffisance son droit de garde (Article 3 de la loi du 29 juin 1983 sur l’obligation scolaire).
Avant inscription, l’élève et ses parents ont pu prendre connaissance des documents suivants:
1- le projet éducatif et le projet pédagogique
2- le projet d’établissement
3- le règlement des études
4- le présent règlement d’ordre intérieur

La demande d’inscription est introduite auprès de la direction de l’établissement au plus tard le premier jour ouvrable du mois de septembre.

Pour des raisons exceptionnelles et motivées, soumises à l’appréciation du chef de l’établissement, l’inscription peut être prise jusqu’au 15 septembre. Au delà de cette date, seul le Ministre peut accorder une dérogation à l’élève qui, pour des raisons exceptionnelles et motivées, n’est pas régulièrement inscrit dans un établissement d’enseignement. Par ailleurs, et en primaire uniquement, un changement d’école ne pourra être effectué à l’intérieur même d’un cycle. Autrement dit, l’enfant pourra changer exclusivement d’école en entrant en 1°-3° ou 5° année. Ceci excepté les cas particuliers comme, p.ex., un changement de domicile.

Par l’inscription de l’élève dans l’établissement, les parents et l’élève en acceptent:
le projet éducatif, le projet pédagogique, le projet d’établissement, le règlement des études et le règlement d’ordre intérieur.

L’inscription de l’élève est acceptée par le chef d’établissement.
Elle n’est valable que si l’élève satisfait aux conditions imposées par les dispositions légales, décrétales, réglementaires fixées en la matière.
Il est à noter que, par manque de place(s) disponible(s), les inscriptions des élèves peuvent être clôturées avant le premier jour ouvrable du mois de septembre.

 

Conséquences de l’inscription scolaire

 L’inscription scolaire concrétise un contrat entre l’élève, ses parents ou la personne légalement responsable et l’école.
Ce contrat reconnaît à l’élève ainsi qu’à ses parents des droits mais également des obligations.
Par l’inscription de l’élève dans l’établissement, les parents ou la personne légalement responsable et l’élève en acceptent les projets éducatif, pédagogique, d’établissement et le présent règlement.

La présence à l’école primaire

A- Obligations pour l ’élève.

L’élève est tenu de participer à tous les cours ( y compris la natation) et activités pédagogiques. Toute dispense éventuelle ne peut être accordée que par le chef d’établissement après demande dûment justifiée. Occasionnellement, le titulaire de la classe peut, pour des raisons médicales, accorder une dispense du cours de natation. Sous la conduite des professeurs, les élèves de l’école primaire tiennent un journal de classe mentionnant de façon succincte mais complète, toutes les tâches qui leur sont imposées à domicile ainsi que le matériel nécessaire aux prochains cours.

B- Obligations des parents.

Les parents veillent à ce que leur enfant fréquente régulièrement et assidûment l’école.
Les parents vérifient le journal de classe régulièrement et le paraphent au moins une fois par semaine.

 

Les absences à l’école primaire

Toute absence doit être justifiée par écrit en utilisant le document ad hoc. accéder au justificatif Accéder au justificatif

Les seuls motifs d’absence légitime sont les suivants :

  • l’indisposition ou la maladie de l’élève (un certificat médical doit être joint si l’absence dépasse trois jours) ;
  • le décès d’un parent ou d’un allié de l’élève jusqu’au quatrième degré ;
  • un cas de force majeure ou de circonstances exceptionnelles appréciées par le chef d’établissement ;

« Les motifs doivent relever « de cas de force majeure ou de circonstances exceptionnelles liées à des problèmes familiaux,
de santé mentale ou physique de l’élève ou de transport », Il paraît déraisonnable d’assimiler à une circonstance exceptionnelle liée à des problèmes familiaux le fait de prendre des vacances pendant la période scolaire. »

  • la convocation par une autorité publique.

Toute absence pour d’autres motifs sera considérée comme non justifiée (circulaire ministérielle du 19 avril 95).
Extrait de la circulaire :
"Le chef d’établissement est tenu de remettre, chaque mois, à l’Inspection la liste des élèves qui, sans excuse valable, n’ont pas suivi régulièrement les cours."

D’autre part, afin de veiller le plus efficacement possible à la sécurité des enfants, les parents des élèves de primaire sont tenus de signaler à la direction de l’école, toute absence de leur enfant, et ce, le jour même au plus tard pour 9 heures.

 

Les retards

Les arrivées tardives à l’école primaire occasionnent des perturbations pour la classe. Si cela devait se produire, les parents avertissent l’école par téléphone.
Il leur est également demandé de veiller à ce que leur enfant soit à l’école au moins 5 minutes avant le début des cours (8h40 le matin et 12h55 l’après-midi). En cas de retard, l’école sera prévenue par téléphone. A l’école maternelle, les arrivées tardives occasionnelles et acceptables ne doivent pas dépasser le quart d’heure.

 

Reconduction des inscriptions

L’élève inscrit régulièrement le demeure jusqu’à la fin de sa scolarité sauf :

  • lorsque la réinscription de l’élève est refusée, dans le respect des procédures légales au plus tard le 5 septembre ;
  • lorsque les parents ont fait part au chef d’établissement, de leur décision de retirer l’enfant de l’établissement.
  • lorsque l’élève n’est pas présent à la rentrée scolaire, sans justification aucune.

Au cas où les parents auraient un comportement marquant le refus d’adhérer aux différents projets et règlements repris dans ce R.O.I., le Pouvoir Organisateur se réserve le droit de refuser la réinscription de l’élève, l’année scolaire suivante et cela, dans le respect de la procédure légale; (articles 76 et 91 du décret « missions » du 24 juillet 97).

 

Les contrats de l’éducation

Le sens de la vie en commun

Chaque enfant sera respectueux

  • de lui-même ;
  • des autres ;
  • de l’autorité ;
  • de l’environnement ;
  • du matériel.

Cela signifie entre autres que chaque élève aura à cœur de:

  • respecter les règles morales, de bonne conduite et de savoir-vivre en tenant notamment compte des décisions prises démocratiquement par les conseils de classes ou de l’école ;
  • se montrer serviable et respectueux envers les autres enfants et envers toute personne adulte ;
  • respecter l’ordre et la propreté, le matériel, le mobilier, les installations de l’école ;
  • respecter l’exactitude et la ponctualité ,
  • ne pas apporter d’objets interdits à l’école : canifs, couteaux, Walkman, GSM... et autres objets précieux dont l’école n’est pas responsable en cas de perte.

o en étant présent régulièrement à l’école
o en étudiant régulièrement ses leçons
o en rendant les documents signés par les parents ;

Les sanctions

Seuls les membres de l’équipe éducative sont mandatés pour gérer les conflits entre enfants survenus sur le territoire de l’école durant les temps scolaires.
En cas du non respect du règlement, l’élève sera tenu, selon l’âge et la gravité de la situation, soit :

  • d’expliquer ce qu’il a fait et pourquoi ;
  • de mener une réflexion et réparer les conséquences de son comportement ;
  • d’exécuter un travail supplémentaire à faire signer par les parents ;
  • d’observer une exclusion d’un ou plusieurs jours ;

Toutefois, l’exclusion provisoire d’un établissement ou d’un cours ne peut, dans le courant d’une même année scolaire, excéder 12 demi-journées.

Les sanctions données par un enseignant le sont toujours après avoir pris en considération un ensemble d’éléments et non sans discernement. Ce sont des personnes formées en éducation en cela compris les rappels à l’ordre. Les parents n’ont pas à remettre en cause le bien-fondé de ces décisions. Si un enfant a l’impression d’être victime d’une injustice de par le fait que sa perception des choses l’empêche de se décentrer et d’avoir une vision globale des choses, il est du devoir des parents de soutenir l’enseignant (ou la gardienne) et de lui expliquer que tant à l’école qu’à la maison, les adultes agissent pour son bien. Ce soutien parental est une condition sine qua non à l’épanouissement de l’enfant.

L’exclusion définitive

Conformément à l’article 89 §1 du décret du 24 juillet 1997, un élève peut être exclu définitivement de l’école si les faits dont il s’est rendu coupable :

  • portent atteinte à l’intégrité physique, psychologique ou morale d’un membre du personnel ou d’un élève.
  • compromettent l’organisation ou la bonne marche de l’établissement ou s’il lui font subir un préjudice matériel ou moral grave.

Sont notamment considérés comme fait pouvant entraîner l’exclusion définitive de l’élève :

1. Dans l’enceinte de l’établissement ou hors de celle-ci :

  • tout coup et blessure portés sciemment par un élève à un autre élève ou à un membre du personnel de l’établissement ;
  • le fait d’exercer sciemment et de manière répétée sur un autre élève ou un membre du personnel de l’établissement une pression psychologique insupportable, par menaces, insultes, injures, calomnies ou diffamation ;
  • le racket à l’encontre d’un autre élève de l’établissement ;
  • tout acte de violence sexuelle à l’encontre d’un élève ou d’un membre du personnel de l’établissement.

2. Dans l’enceinte de l’établissement, sur le chemin de celui-ci ou dans le cadre d’activités scolaires organisées en dehors de l’enceinte de l’école :

  • la détention ou l’usage d’une arme.

Les sanctions d’exclusion définitive et de refus de réinscription sont prononcées par le délégué du Pouvoir Organisateur, conformément à la procédure légale.
Préalablement à l’exclusion définitive, une convocation notifiant les faits graves reprochés à l’enfant est envoyée aux parents ou au responsable légal. Lors de l’entretien, les parents ou la personne responsable, peuvent se faire assister d’un conseil.
Si les parents ou la personne responsable ne donnent pas suite à la convocation, un procès verbal de carence est établi et la procédure disciplinaire peut suivre légalement son cours. Préalablement à toute exclusion définitive, le chef d’établissement prend l’avis du corps professoral ainsi que celui du centre PMS chargé de la guidance.
L’exclusion définitive dûment motivée est prononcée par le délégué du Pouvoir Organisateur et est signifiée par recommandé avec accusé de réception, aux parents ou à la personne responsable. La lettre recommandée fera mention de la possibilité de recours contre la décision du délégué du Pouvoir Organisateur. La lettre recommandée sort ses effets le 3° jour ouvrable qui suit la date de son expédition.

Les exclusions sont des cas rares qui peuvent bien souvent être évités par un dialogue constructif entre adultes et avec l’enfant. La vie de l’école est tissée de relations familiales indispensables à l’épanouissement des enfants. Celles-ci sont à privilégier.

 

Chaque parent sera...

  • ponctuel ;
  • respectueux des règles de fonctionnement de l’école ;
  • partenaire de l’éducation dans le respect du rôle de chacun.*

        * Un enfant ne peut payer les problèmes de relation entre adultes. Il faut cependant souligner que l’école, outre sa fonction d’enseigner, doit éduquer. Une œuvre d’éducation ne peut se réaliser qu’à travers un partenariat qui reconnaît les rôles et les compétences de uns et des autres ; c’est une œuvre à deux. Si la suspicion ou le doute prennent la place de la confiance, cette œuvre devient impossible et il est normal que l’école demande aux parents de trouver une autre école pour leur enfant.

 

La vie au quotidien

Horaire

7h15 - 8h30   

   Garderie (gratuite)

                                         8h15 - 8h30

   Accueil dans les classes

8h45  

   Début des cours

12h00 - 13h00  

   Temps de midi

15h40 (11h25 le mercredi)   

   Fin des cours

15h40 - 17h40 (11h30 - 12h30 le mercredi)  

   Garderie (payante à partir de 16h00

Entrées et sorties des élèves

Les enfants doivent être en classe pour 8h40 au plus tard  (5 min  avant le début des cours). 
Les sorties des classes ou les déplacements se font dans le respect du « code de vie » en vigueur dans l’école.
A la sortie de 15h40 ou de 12h00, les élèves qui retournent non accompagnés doivent être dûment autorisés par leur responsable légal, lequel doit en avertir, par écrit, la direction.
Pour les élèves accompagnés, leur représentant légal les attend à la barrière. Dès leur prise en charge, leur représentant légal assure la responsabilité parentale.
Le représentant légal peut autoriser, pendant tout ou partie de l’année scolaire, une ou plusieurs personnes à reprendre son enfant, à condition d’avoir indiqué par écrit, le nom de la (des) personne(s) autorisée(s); à défaut le responsable légal est tenu d’avertir le jour même la direction du nom de la personne qui pourra reprendre l’élève.
Les enfants ne sont pas autorisés à quitter seuls la cour pour rejoindre leurs parents.
Afin de fluidifier le trafic, il est demandé aux véhicules de rejoindre l'école par la rue Emile Dupont et de la quitter par la rue du Petit Bois. Attention, la rue n'est pas pour autant devenue un sens unique. Il sera possible de vous garer des deux côtés de la rue en montant. 

 

La garderie

La garderie du matin est gratuite. La garderie du soir est payante au prix de 0,60 € de 16h00 à 17h00 et de 0,60 € de plus de 17h00 à 17h30. Le mercredi, la garderie est assurée de 11h25 à 12h30 et est gratuite. 

Il ne s’agit pas d’une étude surveillée. Par conséquent, la gardienne n’est pas tenue de faire les devoirs avec les enfants, d’autant que les plus jeunes enfants côtoient les plus âgés et que, par conséquent, certains n’auront que très peu de travail et risquent d’empêcher les autres de travailler dans de bonnes conditions. Les parents qui viennent rechercher leur enfant à la garderie veilleront à ne pas s’attarder inutilement.

Les récréations

Pendant les temps de récréation, les élèves ne peuvent se trouver seuls dans une classe ou dans un couloir. Ils ne peuvent non plus se trouver en dehors du périmètre qui leur est octroyé pour les récréations, surveillé par un enseignant.

Les collations

Lors de la récréation du matin, seuls les fruits (et légumes) sont autorisés en matière de collation. L'après-midi, la collation est plus libre. Nous attirons toutefois l'attention de chacun sur le caractère le plus sain possible de ces en-cas. Ainsi, les chewing-gums, chips... sont interdits.

En ce qui concerne les boissons, il est demandé de privilégier l'eau plate (dans une gourde). Les enfants sont encouragés à boire régulièrement en classe. Les boissons pétillantes sont interdites, notamment du fait des risques importants d'éclaboussures.

Tenue de gymnastique

L’équipement de gymnastique comprend une tenue sportive (tee-shirt, short ou training) et des baskets, le tout spécifiquement réservé au cours. Le tout est marqué au nom de l’enfant. Pour une question élémentaire d’hygiène, les effets de gymnastique ne sont donc plus portés après le cours !

Tâches confiées aux enfants

De la vie en société découlent un nombre de tâches dont certaines sont confiées aux enfants, à tour de rôle : la vaisselle, le balayage, le rangement…

Vente et affichage dans l’école

Les ventes dans l’école sont soumises à l’approbation du Pouvoir Organisateur. Les affichages dans l’école et la distribution de circulaires ou de publicités ne peuvent être effectués qu’après accord du chef d’établissement.

Les frais scolaires

Par le seul fait de la fréquentation de l’établissement par l’élève, ses parents s’engagent à s’acquitter des frais scolaires déboursés par l’établissement au profit des élèves et dont le montant peut être réclamé par l’établissement dans le respect des dispositions décrétales en la matière (cfr. Article 100 du Décret du 24 juillet 1997).

Contacts parents/école

L’école et les familles sont des alliées dans l’éducation des enfants. Des contacts réguliers entre ces partenaires aident et motivent les enfants dans leur cheminement scolaire. Dès lors, les parents peuvent toujours rencontrer la direction ou les titulaires soit avant ou après les cours, soit lors d’un rendez-vous. En cas d’urgence, les parents peuvent à tout moment se présenter à la direction ou prendre contact par téléphone.

Dans le courant du premier trimestre, une réunion de parents est organisée pour évaluer la situation scolaire de chaque élève après les premiers mois de travail.
En fin d’année scolaire, les parents et l’élève sont invités à venir recevoir le bulletin final des mains du titulaire. Ensemble, ils pourront ainsi apprécier l’évolution de l’enfant et prendre les décisions nécessaires pour assurer sa progression. D’autres réunions de parents peuvent être programmées dans le courant de l’année.  Cependant, il n’y a pas forcément lieu d’attendre une réunion pour s’entretenir avec un titulaire : les échanges sont bien plus constructifs que des points sur un bulletin !

La procédure d’évaluation

L’évaluation sert à se rendre compte des progrès de l’enfant pour les amplifier.

Plusieurs types d’évaluations sont mises en œuvre :

  • l’évaluation formative, celle qui ne compte pas pour des points, qui est utilisée en cours d’apprentissage et qui permet d’adapter la suite des activités. Elle est très régulièrement pratiquée, le plus souvent à l’insu des parents.
  • l’évaluation sommative, celle qui fait « la somme » des connaissances acquises par l’enfant. Elle peut faire l’objet d’une cotation.
  • l’évaluation certificative, celle qui « certifie », qui donne un accès à un autre cycle. 

Important : Lorsqu’il s’agit de vérifier les acquisition d’un enfant, il est logique de ne pas pratiquer des révisions intensives dans le seul but qu’il restitue fidèlement sa matière, cela même s’il ne l’a pas maîtrisée. Si un enfant n’a pas compris telle ou telle chose, cela doit être réglé dans le courant de l’année et dès que l’on s’en aperçoit et pas la veille de l’évaluation !

En fin de deuxième année, de quatrième et de sixième primaire, l’enfant reçoit un bulletin qui lui permet d’accéder au cycle suivant. Toute l’évaluation formative en cours de cycle vise à sa réussite.
En cas de problème scolaire, l’évaluation formative aura déjà attiré l’attention de tous et l’évaluation de fin de cycle ne fera que confirmer objectivement que l’enfant a besoin d’y rester une année supplémentaire. Cette année supplémentaire doit être perçue comme du temps supplémentaire octroyé pour renforcer les compétences insuffisamment acquises et sans lesquelles l’avenir scolaire est hypothéqué.

En fin de quatrième et sixièmes années, l’évaluation certificative se base principalement sur un contrôle externe (CEB en fin de 6ème).

 

Les assurances

Tout accident, quelle qu’en soit la nature, dont est victime un élève dans le cadre de l’activité scolaire, doit être signalé dans les meilleurs délais à l’école, auprès de la direction (cfr. Article 19 de la loi du 25 juin 1992). Il est indispensable de réclamer à la direction le formulaire de déclaration d’accident avant de se rendre chez le médecin ou à l’hôpital et de faire compléter celui-ci immédiatement.

Le Pouvoir Organisateur a souscrit des polices collectives d’assurances scolaires qui comportent trois volets : l’assurance responsabilité civile, l’assurance couvrant les accidents corporels survenus à l’assuré et une assurance omnium missions.

1. L’assurance « responsabilité civile »

Elle couvre des dommages corporels ou matériels causés par des assurés à un tiers dans le cadre de l’activité scolaire. Les faits intentionnels en sont exclus.
Par « assuré », il faut entendre le preneur d’assurance, y compris les différents organes du Pouvoir Organisateur, le chef d’établissement, les membres du personnel, les enfants, les parents, les tuteurs, ainsi que les personnes ayant la garde de fait, en tant que civilement responsables de ces élèves.
Par « tiers », il faut entendre toute personne autre que les assurés.
La responsabilité civile que les assurés pourraient encourir sur le chemin de l’établissement n’est pas couverte. D’où l’importance pour les familles de souscrire une assurance en responsabilité civile familiale.

2. L’assurance « accidents corporels »

Cette assurance couvre les accidents corporels survenus à l’assuré pendant les activités scolaires et sur le chemin de l’école. La couverture de cette assurance se fait à concurrence des montants fixés dans le contrat d’assurance et complémentairement aux prestations légales de l’assurance maladie-invalidité (mutuelle) ou de l’organisme qui en tient lieu. L’assurance couvre principalement les frais médicaux, les frais dus à un bris de lunettes, l’invalidité permanente, le décès et quelques autres frais expressément décrits dans cette police dont les détails peuvent être obtenus auprès de la direction de l’établissement.

3. L'assurance "omnium missions"

Cette assurance couvre toute personne qui circule pour l'école : véhiculer des élèves, être en route pour préparer une manifestation...Toutefois, les trajets entre le domicile et l'école ne sont pas couverts par cette police.

 

Retour en haut de page

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×